Offre

L’Europe et les Etats-Unis préparent la nouvelle génération de missions pour la mesure du champ de gravité terrestre. Il est envisagé une paire de satellites financés par la NASA (lancement en 2028) et une autre paire de satellites financés par l’ESA (lancement en 2030-2031). L’ONERA a été choisi par les deux agences pour le développement des accéléromètres qui équiperont ces satellites. La mission ESA, Next Generation Geodesy Mission, va entrer en phase de définition (phase B) et l’ONERA est chargé de la réalisation et du test d’un Engineering Model. Le poste est lié à l’étude de réalisation de cet Engineering Model qui se terminera par une revue critique de définition validant la montée à un TRL 6 de l’instrument. Vous viendrez renforcer l’équipe d’électroniciens qui devra ensuite mettre en place la phase de réalisation et de validation des électroniques de vol jusqu’à leur recette en vol. Vos principales responsabilités consisteront à assister les ingénieurs séniors dans la réalisation des tâches suivantes :-participation à l’analyse technique des problématiques électroniques embarquées spécifiques au projet NGGM: numérique (FPGA, DSP, processeurs, mémoires, etc.), et aussi analogique (démodulation, amplification, bruit, etc.) ;-spécification des besoins électroniques analogiques (faibles bruits) et numériques (choix des architectures, problématiques temps réels…) ;-spécification et réalisation des essais de validation des cartes et des boitiers électroniques ;-suivi des sous-traitances ;-mise en oeuvre des bancs d’essais et des outils d’analyse des mesures associées ;-réalisation des cartes prototypes de laboratoire pour des tests prospectifs ou de vérification (conception, cablage, routage, calcul de performance, tests et retour sur conception) ;-réalisation, contribution et utilisation des outils de traitements des données issus des sous-traitants ou des essais en coopération avec l’ingénieur responsable de la perforrmance mission.A terme, vous serez amené à contribuer, voire à piloter la définition et le développement de nouvelles charges utiles spatiales, à proposer de nouveaux projets, éventuellement dans un cadre collaboratif international avec des partenaires industriels et/ou académiques.